Vous êtes en Home > Endroits > Environnements du Parc > Les bois

Les bois

Les bois couvrent 39% environ de tout le territoire du Parc.

Ils sont très importants d’un point de vue écologique, vu que ils sont les formations végétales ayant la structure la plus évoluée et qu’ils représentent, au moins jusqu’à une altitude déterminée, le plus haut degré d’intégrité.

Dans le Parc les forêts tempérées caducifoliées prédominent et sont représentées par deux types principaux:

  • les forêts mixtes latifoliées appartenant à la zone marginale méditerranéenne, où le chêne pubescent, le charme-houblon ou le chêne chevelu prédominent. Elles se trouvent dans la zone de colline et la zone au-dessous de celle de montagne, à partir des altitudes les plus basses jusqu’à 1000 m au-dessus du niveau de la mer
  • les hêtraies qui représentent les formations boisées les plus vastes du Parc et qui se trouvent dans la zone de montagne entre 800-900 m et 1800 m au-dessus du niveau de la mer

Beaucoup d’espèces trouvent leur refuge, mais aussi leur nourriture dans ces milieux. Parmi elles le loup, dont les meutes reproductrices construisent leur tanière dans ces milieux, le fuyant Chat sauvage et la Martre qui est plus liée aux bois plus anciens et riches en proies.

Parmi les oiseaux on trouve des espèces comme l’Autour des palombes et la Bondrée apivore qui construisent leurs grands nids dans les hêtraies et le Pic à dos blanc et le Gobe-mouche à collier qui se nourrissent dans les anciens bois riches en arbres marcescents.

La composante sempervirente est représentée, dans le cadre des formations naturelles, par les rares forêts de pin noir autochtone qui se trouve dans des zones rupestres et par les bois de chênes verts, qui prédominent sur les pentes escarpées des basses altitudes. Elles sont des formations qui pendant l’automne offrent une importante source trophique pour plusieurs espèces de mammifères sauvages du Parc, parmi lesquelles le rare Ours brun marsicain. Les reboisements de conifères sont assez vastes, surtout ceux de pin noir mais aussi d’autres espèces exotiques qui doivent être graduellement éliminés et remplacés avec des espèces plus adéquates aux caractéristiques écologiques et phytogéographiques de la zone.

Le Parc adopte une gestion forestière qui vise à améliorer la structure et la fonction des bois, mais aussi des mesures déterminées orientées non seulement vers la prévision, la prévention et la lutte contre les incendies, mais aussi vers la conservation et la diffusion d’espèces rares.       

Image d'un loup
Image de les hêtraies à Fondo Majella
Image d'une salamandre
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.