Vous êtes en Home > Endroits > Environnements du Parc > Les formations d’arbrisseaux

Les formations d’arbrisseaux

Les formations d’arbrisseaux sont des formations végétales où les espèces ligneuses ayant des ramifications dès la base du tronc dominent. Elles sont très importantes d’un point de vue écologique parce qu’elles sont les responsables principales du processus dynamique de reconstitution de la couverture ligneuse originaire sur les terrains abandonnés par les activités agricoles et des bergers. Ce phénomène, dont on peut observer plusieurs exemples dans le territoire de la zone protégée comme dans tout l’Apennin, s’appelle succession écologique.

Dans le Parc on trouve les formations d’arbrisseaux primaires, situées au-dessus de la limite d’altitude supérieure du bois, et celles secondaires qui évoluent en formations forestières.

Parmi les premières n’oublions pas les rares et importants bois de pin mugo, qui couvrent la plupart de la zone subalpine du massif de la Majella, et les formations d’arbrisseaux couvre-sol comme le genévrier nain et/ou le raisin d’ours commun. Ces milieux abritent une avifaune variée et diversifiée, avec des espèces très rares et situées dans tout le reste de l’Apennin, comme, par exemple, le Merle à plastron ou le Bec-croisé des sapins, mais ici même la Bartavelle et la rare Vipère d’Orsini trouvent leur refuge.  

Parmi les formations secondaires on distingue les bandes arbustives qui entourent le bois et les formations d’arbrisseaux disséminées. Les espèces les plus représentées sont le cytisus, le genêt commun, le coronille, le genévrier cade, l’aubépine, les roses sauvages, le prunellier, le cornouiller sanguin, le paliure, le chèvrefeuille et dans la zone de montagne le nerprun des Alpes, les groseilliers, les cotonéasters, le genévrier commun et le framboisier. Beaucoup de ces arbrisseaux représentent la nourriture fondamentale non seulement d’espèces comme l’ours brun marsicain, mais aussi de plusieurs oiseaux qui, surtout pendant la période hivernale, survivent grâce à la présence des fruits de ces plantes. La présence assez répandue du buis, une espèce assez rare dans la région, est propre à la Vallée Peligna.

Souvent les arbustes ont été gardés par l’homme comme des haies pour limiter les champs, en accomplissant plusieurs fonctions utiles à l’agriculture, par exemple, ils sont un refuge pour les oiseaux insectivores et les insectes prédateurs ou une barrière contre le vent, etc.       

Image de Daphne sericea
Image de genévrier commun
Image de pin mugo - Monte Cavallo
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.