Vous êtes en Home > Endroits > Environnements du Parc > Les grottes

Les grottes

Le phénomène karstique est très répandu dans le Parc, surtout sur la Majella, où il y a plus de 100 grottes.

Les eaux de pluie et celles de la neige, en s’infiltrant et en coulant depuis des millénaires dans le sous-sol, agrandissent les fractures des roches calcaires et creusent antres et tunnels avec leur action chimique et mécanique. Le même phénomène peut être constructif quand il crée les stalactites et les stalagmites, les concrétions d’albâtre qui ornent les parois des grottes, comme dans la grotte Cavallone à 1450 m dans la Vallée de Taranta. Il est un ensemble karstique qui mesure 1,3 km et qui peut être visité.

Les visites à la grotte appelée Grotta Nera sont réglementées à cause de sa fragilité et pour la présence du soi-disant « latte di monte », c’est-à-dire une rare concrétion moelleuse au toucher, crée aussi par l’action des bactéries.

Dans le Parc la température du milieu hypogé est constante à 10°C environ pendant toute l’année, l’humidité est haute (80-90%) et la lumière est absente, mais tout cela n’empêche pas la présence de vie.

Sur l’entrée et dans le premier bout des grottes vivent les plantes qui aiment les zones ombragées comme la Capillaire de Montpellier, les Ancolies de la Majella, la Campanula fragilis subsp. Cavolinii, les mousses et les lichens, tandis que à l’intérieur il y a les algues et les mycètes.

La faune est composée principalement par les invertébrés (arachnides, orthoptères, coléoptères, lépidoptères) adaptés au milieu hypogé avec la réduction des organes de la vue, la dépigmentation du corps et le développement des systèmes sensoriels comme les longs poils tactiles.

Plusieurs espèces animales choisissent les grottes pour leur léthargie ou pour se refugier, c’est le cas des renards, des fouines, des loups, des ours, des rapaces nocturnes mais surtout des chiroptères, c’est-à-dire des mammifères volants qui volent et chassent grâce à l’émission des ultrasons avec lesquels ils localisent leurs proies et les obstacles.

La plupart des animaux qui se trouvent sur la Majella utilisent les grottes au moins pour la période de la hibernation.

L’Homme a vécu dans beaucoup de grottes et de creux du Parc, comme dans les grottes néolithiques de Grotta Caprara (Lama dei Peligni) et des Piccioni (Vallée du fleuve Orta), San Giovanni all’Orfento, un ermitage de Célestin V et le Stazzo del Faggio (Pennapiedimonte) qui a été un abri pour les bergers. 

 

Image de "Grotta del Cavallone"
Image de "Grotta del Cavallone"
Image de "Grotta oscura di Bolognano"
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.