Vous êtes en Home > Endroits > Environnements du Parc > Les milieux humides

Les milieux humides

Dans le Parc il n’y a pas de grands milieux humides parce que ses montagnes, composées surtout par la roche calcaire, subissent les effets du phénomène karstique: la plupart des eaux de pluie et de celles venant de la neige s’infiltrent dans le sous-sol pour sortir des sources qui se trouvent à la base des grands reliefs.

Parmi les principaux cours d’eau il ne faut pas oublier les fleuves Orta, Orfento, Lavino et Foro dans la partie septentrionale, le fleuve Aventino dans la partie orientale et le fleuve Vella dans celle occidentale.

Les eaux limpides et riches en poissons des fleuves Orfento et Orta ont été le dernier refuge de la Loutre dans le territoire des Abruzzes et elles sont l’habitat idéal du Cincle plongeur et, surtout le long des bras secondaires, elles sont très riches en amphibiens.

Les seuls miroirs d’eau permanents qui se trouvent dans le Parc sont le Lac Ticino à Campo di Giove et le petit Lac Battista sur les Monti Pizzi. En plus d’être très importants pour beaucoup d’oiseaux migrateurs, comme les canards, les hérons, les cigognes, les limicoles, ils abritent plusieurs espèces végétales rares comme les grands carex, le céraiste aquatique, la petite lentille d’eau, l’ophioglosse commun et le saule cendré.

De grands carex rares se trouvent aussi près des fossés et des canaux qui creusent les Altipiani Maggiori, où quelques-uns d’entre eux forment des groupes particuliers qui pendant les glaciations du Quaternaire étaient plus nombreux, comme Carex nigra subsp. nigra et Carex tomentosa.

Dans le Parc la végétation riveraine ligneuse est caractérisée surtout par des groupes où les saules dominent : dans les formations d’arbres on trouve le saule blanc et dans celles arbustives le saule pourpre, le saule drapé et celui des Apennins. Ces formations, surtout pendant la migration du printemps, représentent des zones de halte pour plusieurs oiseaux qu’y trouvent leur refuge et leur nourriture et souvent ils représentent aussi le lieu idéal pour construire leur nid.

Les autres biocénoses des milieux humides du Parc sont les végétations de hélophytes (plantes herbacées partiellement immergées), on trouve surtout le roseau commun, les massettes à larges feuilles, le rubanier d’eau et la glyceria plicata, et la végétation aquatique, composé en général par la renoncule à feuilles fines et le potamot nageant.  

Image de Arsiccia Carafa
Image d'une fleur
Image d'un ruisseau
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.