Vous êtes en Home > Endroits > La flore du Parc

La flore du Parc

La flore du Parc National de la Majella est caractérisée par sa grande richesse.

Les espèces et les sous-espèces recensées sont plus de 2100 et elles correspondent à 65% de la flore des Abruzzes, à 30% environ de celle italienne et à 17% environ de celle européenne. 

La flore du Parc n’est pas seulement riche mais elle est aussi importante pour sa originalité. Le nombre des espèces endémiques est 142 et parmi elles 5 sont exclusives du territoire de la zone protégée et elles sont : la Soldanelle du calcaire et le Bleuet de la Majella, qui ont été choisis comme les symboles des jardins botaniques du Parc, la Pinguicula fiorii, la Crépide de la Majella et la Renoncule dite « dentelée ».

Image de flore des Abruzzes

L’importance de la Majella pour ce qui concerne sa flore est témoignée aussi par le fait que l’épithète du massif revient souvent parmi les espèces de la flore italienne, comme par exemple Galium magellense, Armeria majellensis, Cynoglossum magellense, Erysimum majellense, etc.

Plus de 50 espèces ont leur « locus classicus » ici, c’est-à-dire qu’elles ont été décrites sur ces montagnes.      

Les espèces qui dans le passé étaient plus nombreuses et qui ont survécu en populations plus petites sont très intéressantes d’un point de vue de la phytogéographie. Parmi ces espèces du Tertiaire qui formaient la végétation d’il y a dizaines de millions d’ans, dite « laurifille », on relate le Houx, le Taxus et le Daphné lauréole.

Ces espèces glaciaires, très répandues pendant les glaciations du Quaternaire, sont représentées, surtout aux hautes altitudes, par le Pavot des Alpes, le Carex capillaire, l’Elyne, la Dryade à huit pétales, l’Aster des Alpes, etc.   

Les espèces balkaniques sont un autre type géographique bien représenté surtout aux hautes altitudes. En effet les espèces qui se trouvent sur les deux bords de la mer Adriatique sont nombreuses et parmi elle on trouve : l’Edelweiss des Apennins, la Gentiane des Alpes dinariques, le Génépi des Apennins, etc.   

La valeur exceptionnelle de la flore du Parc est due aussi à la présence de plusieurs espèces rares qui ont besoin d’être protégées. En effet les espèces ajoutées aux Listes Rouges des espèces menacées ou protégées par les règles et les conventions internationales sont à peu près 300.

Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.