Vous êtes en Home > Histoire > L’artisanat

L’artisanat

La grande tradition de l’artisanat de la Majella continue encore aujourd’hui grâce aux orfèvres, aux dentellières, aux sculpteurs, aux ébaucheurs, aux céramistes, aux forgerons et aux tisseurs qui travaillent dans les bourgs du Parc.

Le bijou appelé la « Presentosa » est le symbole de la tradition de l’orfèvrerie du Parc, qui commence à revivre avec les écoles historiques de Guardiagrele, Pescocostanzo et Sulmona, où on réalise, selon les anciennes esquisses et avec un travail raffiné, les colliers de Guardiagrele, les broches, les bagues, les breloques en filigrane et les pendants typiques de Pescocostanzo.

Les ouvrages en fer battu et forgé selon l’ancienne tradition, produites dans les anciens ateliers de Guardiagrele et Pescocostanzo sont exceptionnelles. Parmi les ouvrages les plus belles du Parc, vous ne devez pas manquer la grille baroque qui se trouve dans la Chapelle du Saint Sacrement de l’Église Collégiale de Santa Maria del Colle à Pescocostanzo.

La pierre blanche de la Majella qui dans le passé était utilisée pour construire les remparts pour défendre les communautés italiques ou pour créer les colonnes et les soubassements pour les temples et les forum des Municipes Romains, aujourd’hui est utilisée pour les statues, les bas-reliefs et la décoration. Les bourgs les plus fameux pour le travail sur la pierre sont Pescocostanzo, San Valentino, Lettomanoppello, Manoppello et Pennapiedimonte.

L’ancien art de la céramique ne survit que à Rapino, où la production a un style presque populaire, avec des émaux et des couleurs très brillantes et avec des motifs traditionnels comme le « fioraccio » (décoration présentant des fleurs), les petites roses, le jeun coq, les décorations « a paese », « a quertiere » et « a tovaglia » (respectivement des motifs concernant les paysages, des motifs subdivisés en plusieurs zones et des motifs ressemblant à ceux des nappes).

Une autre tradition est la production des tissus comme les couvertures, les chiffons de laine, les toiles de lin ou de coton. À Taranta Peligna on tisse encore la « taranta », un chiffon de laine utilisé à partir du XVIe siècle et une autre production textile de valeur est représentée par le « merletto a tombolo » (dentelle au fuseau), qui aujourd’hui est presque exclusif de Pescocostanzo, où il a commencé à renaître grâce à l’ouverture d’une école du tambour.  

Le travail sur le bois a presque disparu, tandis que dans le passé il était très répandu dans les bergers pour créer des objets pour le travail, pour la maison et pour le soin de la personne. À Pretoro il y a les derniers « fusai » (producteur du fuseau), qui en plus de créer les anciennes formes pour les emplois domestiques (mortiers, rouleaux), ils réalisent les chaises, la « chitarra » (outil de cuisine ressemblant à une guitare) pour la pâte, les louches, les cuillers, les fourchettes et ils gravent les cadres, les statuettes et la décoration.          

Image d'un atelier d'art
Image del traitement de fer
Image de statues en pierre blanche dans la Majella
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.