Vous êtes en Home > Histoire > Histoire > De l’unité italienne jusqu’aujourd’hui

De l’unité italienne jusqu’aujourd’hui

L’unification politique italienne changea radicalement la vie dans l’haute montagne des Abruzzes. On assista à une crise sans précédent pour les raisons suivantes: le brigandage, la décadence de l’industrie ovine, l’exode de la bourgeoisie, le développement de la production industrielle, le chômage et l’émigration. Au développement industriel des plaines s’oppose le déclin des villages de montagne.

En 1895 un berger, Gabriele Di Battista, grava sur un rocher à Scrima Cavallo son imprécation contre les événements qui avaient transformé sa montagne de royaume des fleurs en royaume de la misère. On assista aussi à des résultats positifs causés par: la ligne de chemin de fer Sulmona-Isernia, l’invention de l’automobile, l’intérêt pour la randonnée et pour le tourisme de montagne. L’art de Gabriele D’Annunzio avait déjà commencé à se répandre, en déclenchant le mythe de la Majella Madre (Mère Majella). Les contacts avec la nouvelle culture nationale eut des effets positifs sur la tradition des études historiques de Antonio De Nino, Gennaro Finamore, Nunzio Federigo Faraglia, Pietro Piccirilli et Giovanni Pansa. Même Benedetto Croce, né à Pescasseroli, était originaire de Montenerodomo.

On ne connaît pas encore parfaitement comment, à partir de la fin du XIVe siècle jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, des voyageurs comme Ferdinando Gregorovius, des nouvellistes comme Primo Levi (Abruzzo forte e gentile, un de ses œuvres), des auteurs de guides comme Enrico Abbate, des journalistes mais aussi des spécialistes de l’art comme Emile Bertaux et Ignazio Carlo Gavini décrivirent cette partie des Abruzzes. À partir d’octobre 1943 jusqu’à juin 1944 la Majella devint un des points d’appui de la Ligne Gustave: neuf mois de bataille causèrent le dépeuplement de beaucoup de villages, la mort d’un millier de civils (le massacre de Pietransieri fut le moment culminant) et la naissance de la Brigata Majella (une brigade de partisans).

Pendant l’après-guerre une nouvelle émigration renforça l’éloignement de la montagne. Dans les villages fondamentalement touristiques, au contraire, on assista à une vague de tourisme de masse. La fondation du Parc National de la Majella a lieu dans ce contexte.      

Image des ruines du Blockhaus
Image de l'inscription au tableau de Briganti
Image de Brigade Majella
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.