Vous êtes en Home > Histoire > Histoire > Parmi Naples, Florence et Milan

Parmi Naples, Florence et Milan

La voie qui traversait toute la chaîne des Apennins fut très importante pendant la domination des Lombards et des Francs mais avec la création du Royaume de Sicile elle devint de première importance. Pendant la domination de la dynastie angevine (à cause de ses rapports étroits avec Florence) et pendant celle aragonaise (quand les rapports les plus étroits étaient avec la région de la Lombardia) il y eut toutes les conditions afin que cette voie devînt fondamentale pour toute la péninsule. À partir du XIIIe siècle jusqu’au XVIe siècle grâce à cette grande artère les zones qu’elle traversait accélérèrent leur développement : c’est le cas de L’Aquila, Popoli, Sulmona, Castel di Sangro mais aussi des villages de la montagne qui profitaient, de plus, de l’industrie ovine. On établit un contact entre la matière première, c’est-à-dire la laine, et les grands marchés et les lieux de travail du produit fini du Centre-Nord. Dans les Abruzzes circulèrent des banquiers, des marchands toscans et des hommes de culture. Giovanni Boccaccio arriva à Sulmona plusieurs fois et ici un cercle d’amis et de correspondants de Francesco Petrarca se forma. À partir du XVe siècle jusqu’au XVIIe siècle la présence des Lombards devint plus forte : ils étaient des artisans spécialisés dans le travail de la pierre, du bois, du fer battu et des stucs et ils arrivèrent en Abruzzes après le tremblement de terre de 1456. Leur établissement à Pescocostanzo fut fondamental et jusqu’aujourd’hui ici Vous pouvez trouver les traditions artisanales et le baptême avec le rite ambrosien.

Il faut évoquer ces rapports étroits de la Majella avec les grandes villes éloignées des Abruzzes pour mieux comprendre les vicissitudes des personnages qui sont nés dans ces villages et qui ont conquis une position importante dans l’histoire culturelle de l’Italie. On va citer seulement les cas les plus remarquables: pendant la seconde moitié du XIIIe siècle le juriste Marino da Caramanico, qui avait étudié à Bologne, s’imposa à la cour angevine de Naples comme un des fondateurs de la théorie de l’État national libéré du pouvoir impérial; pendant le XVe siècle Nicola da Guardiagrele se forma très probablement à Florence, en fréquentant Lorenzo Ghiberti, et il devint le grand maître du bosselage.        

Image du pastoralisme dans le parc
Image de Pescocostanzo
Image orfèvre à Pescocostanzo
Surfer sur le site, vous acceptez les cookies. Plus d'informations.